06.07.2021

Blog

Boostrs

Revenir en arrière

Cinq conseils pour mettre en place une stratégie RH data driven

La data RH est désormais un élément clé de la transformation des entreprises et un levier de performance considérable. Seulement, pour exploiter tout son potentiel, il convient de mettre en place une stratégie RH data driven, c’est-à-dire fondée et pilotée par la donnée. Comment s’y prendre ? Cinq conseils pour instaurer une stratégie data driven efficace en entreprise.

 

 

1. Définir un cadre

 

Mettre en place une stratégie RH data driven exige une certaine préparation en amont, afin d’éviter de se lancer tête baissée dans la mauvaise direction. La première étape consiste ainsi à définir un cadre pour préciser les grandes orientations de la démarche.

 

→ Dresser un état des lieux

 

Avant toute chose, il convient de lister et de déterminer les données RH dont l’entreprise dispose déjà, car celles-ci serviront de base pour l’instauration de la stratégie RH data driven. Il s’agit alors pour l’équipe en charge du projet d’identifier le type de données disponibles et où celles-ci sont stockées. Cet état des lieux sert surtout à amener divers questionnements indispensables : les données sont-elles au bon endroit ? De quel type de data supplémentaires a-t-elle besoin ? Comment les lier entre elles ? Toutes ces questions structurantes permettent d’orienter efficacement la démarche.

 

→ Aligner le choix des données RH avec la stratégie de l’entreprise

 

Les données RH sélectionnées pour nourrir la démarche data driven doivent être en lien avec les priorités et la stratégie de l’entreprise. Parmi les indicateurs RH les plus couramment exploités, on peut citer les données relatives aux effectifs (homme/femme, pyramide des âges, turnover, etc.), les indicateurs de performance, les comparatifs de salaires, les données concernant la formation ou encore les compétences. Le secteur d’activité de l’entreprise est souvent déterminant pour les enjeux stratégiques, et par conséquent les indicateurs RH à utiliser.

 

À lire aussi : Les enjeux de la data RH pour les entreprises

 

 

2. Infuser la stratégie au sein de toute l’entreprise

 

L’une des clés d’une stratégie RH data driven efficace est la communication. Sa mise en place ne doit pas être perçue comme un projet supplémentaire qui vient s’ajouter aux autres déjà en cours, mais plutôt comme un changement culturel et transversal. Il s’agit en effet d’insuffler une véritable culture de la data au sein de l’entreprise. Or, une telle transformation doit être accompagnée, en informant au maximum les équipes sur la démarche menée. L’idée est de sensibiliser les collaborateurs aux enjeux de la stratégie RH data driven, de les aider à la comprendre et de les rassurer afin de faire face à leurs potentiels préjugés et idées reçues à son sujet. Des équipes mieux informées sont aussi plus aptes à s’engager dans le processus.

 

À lire aussi : Conduite du changement en entreprise : quelles en sont les clés ?

 

 

3. Structurer les données et les interconnecter au sein d’une solution digitale

 

L’ensemble de la data RH – qu’il s’agisse de données concernant les formations, les compétences, les collaborateurs, les métiers ou autres – doit être consolidée et stockée au sein de bases de données, où elle est nettoyée et triée. Pour en tirer le meilleur parti, cette data doit ensuite être analysée par des solutions digitales qui permettent de la « faire parler ».

 

Dans le cas où l’entreprise dispose déjà d’interfaces ou de logiciels contenant des data RH, il est possible d’utiliser des APIs afin de connecter l’ensemble des données (même issues de logiciels différents) et de les rassembler au sein d’une même solution pour les exploiter efficacement.

 

À lire aussi : Qu’est-ce qu’une API ?

 

 

4. Sécuriser les données

 

Les données RH ont un caractère sensible, car elles concernent en grande partie les collaborateurs, en tant que groupe ou à titre individuel. Il convient donc de manier cette data avec précaution, d’en garantir la sécurité et la confidentialité. Pour cette raison, des lois encadrent leur usage, comme le Règlement général sur la protection des données (RGPD) instauré en 2018.

 

La question de l’accès aux données est également primordiale, afin que la data RH ne puisse être consultée que par les personnes habilitées et autorisées à le faire. Dans cette optique, le recours aux APIs peut être d’autant plus pertinent, car ces dernières utilisent généralement un système d’authentification particulièrement poussé.

 

 

5. Valoriser la data RH

 

Afin d’exploiter pleinement le potentiel des données et de faire de la stratégie data driven un véritable pilier pour les actions RH, il est important que la fonction RH s’inscrive dans une démarche proactive.

 

→ Développer de nouvelles compétences pour la fonction RH

 

Pour une approche data driven optimale, les équipes RH doivent être capables de lire les données et de les interpréter. Le développement de nouvelles compétences – compréhension de la data, compétences d’analyse, connaissance de la législation de protection des données, etc. – s’avère donc indispensable pour la fonction RH. Pour cela, cette dernière peut s’appuyer sur l’aide d’experts dans le domaine, qui peuvent les accompagner et les former.

 

Instaurer une démarche de « test and learn »

 

Une culture data driven se met en place progressivement. Pour s’assurer que celle-ci se construise et se solidifie au fur et à mesure, il est conseillé d’instaurer une démarche de « test and learn », afin de la corriger si nécessaire pour qu’elle soit la plus pertinente possible face aux enjeux de la structure.

Vous souhaitez faire parler vos données RH ?

DÉCOUVREZ TOUTES NOS APIs

Crédits illustration : https://www.istockphoto.com/fr/portfolio/marcovector