13.08.2020

Blog

Boostrs

Revenir en arrière

Covid-19 : quel impact pour la formation professionnelle ?

En raison de la pandémie liée au coronavirus, l’activité des acteurs du secteur de la formation a été fortement bousculée pendant plusieurs mois. Quelles sont les principales conséquences de cette crise sanitaire ? Et quels en seront les impacts demain ?

 

 

L’accueil de stagiaires : une organisation à repenser

 

Après plusieurs mois de confinement, les organismes de formation et les centres de formation des apprentis peuvent à nouveau accueillir des stagiaires et étudiants, dans la mesure où ils respectent les obligations en matière de protection sanitaire (distanciation physique et mesures barrières). Ces dernières sont énoncées dans le protocole national de déconfinement du ministère du Travail.

 

Outre la mise en place de mesures sanitaires, il s’agit désormais pour les acteurs de la formation de réorganiser leur activité à moyen et long terme. Ainsi, au cours des prochains mois, ils vont être amenés à s’interroger sur certains éléments comme :

 

  • le renouvellement du format des enseignements pour les adapter pleinement au travail à distance qui est voué à perdurer ;
  • le recours à des solutions mélangeant formation en présentiel (lorsque le télétravail n’est pas possible) et formation à distance ;
  • la mobilisation éventuelle de tiers-lieux pour les formations présentielles, car les lieux de formation ne sont pas tous adaptés à la réception de nombreux stagiaires dans le respect des règles de protection sanitaire ;
  • la redéfinition des calendriers de formation, car le confinement a entraîné le report de certaines sessions de formation. L’établissement de nouvelles dates ainsi que la révision de l’organisation des enseignements (en présentielle ou à distance) vont être nécessaires ;
  • l’adaptation des modalités et des conditions d’accès aux examens ;
  • la priorisation des publics pour les formations en présentiel. Publics en fin de cycle, public nécessitant l’accès à un atelier, personnes en situation de handicap, public en situation de décrochage, etc.

 

 

Le report de l’entrée en vigueur du label « Qualiopi »

 

Face aux conséquences de la pandémie liée au coronavirus, l’entrée en vigueur de la certification qualité « Qualiopi » a été repoussée au 1er janvier 2022. À partir de cette date, l’ensemble des organismes qui mènent des actions pour le développement des compétences devront obligatoirement s’y conformer. Sans cela, elles ne seront plus éligibles aux fonds publics ou mutualisés.

 

→ Bon à savoir

La certification concerne les prestataires de formation, de bilans de compétences mais aussi ceux dont l’activité est centrée sur la validation des acquis d’expérience ou les actions de formation par l’apprentissage.

 

 

Les entreprises encouragées à accueillir des apprentis

 

Le Gouvernement s’est engagé à soutenir les entreprises qui souhaitent accueillir des apprentis durant cette période de crise. Elles bénéficient en effet d’une aide financière à titre exceptionnel. Cette dernière s’élève à 5 000 € pour le recrutement d’un apprenti mineur et à 8 000 € pour un apprenti de plus de 18 ans.

 

Cette aide financière favorisant la formation professionnelle est valable pour un contrat donné préparant à un diplôme jusqu’à la licence professionnelle. Son versement est accordé sans condition aux entreprises de moins de 250 salariés. Au-delà, les entreprises sont soumises à des obligations. Elles doivent atteindre le seuil de 5 % de contrats d’apprentissage ou de contrats de professionnalisation au sein de leur masse salariale en 2021.

 

Ce dispositif d’aide a pour objectif de réduire au minimum les coûts pour les entreprises qui souhaiteraient former de potentiels futurs collaborateurs.

 

À lire aussi : La formation, l’un des moteurs de la reprise de l’activité économique ?

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS SUR LA FORMATION ET LA NORMALISATION DES COMPÉTENCES ?

DÉCOUVREZ LE SKILLFINDER

Crédits illustration : https://www.istockphoto.com/fr/portfolio/olena