24.09.2020

Blog

Boostrs

Revenir en arrière

[Infographie] Intelligence artificielle et GPEC : un duo gagnant ?

L’intelligence artificielle (IA) ne remplace pas le travail des RH, mais vient le faciliter et libérer du temps supplémentaire pour les équipes. Lorsqu’elle est utilisée dans le cadre d’une GPEC, l’IA présente également des atouts non négligeables. Quels sont-ils ?

Gagner du temps sur la construction d’un plan de GPEC

 

Bertrand Martinot, économiste et spécialiste du marché du travail et des politiques de l’emploi, estime que la mise en place d’une GPEC peut prendre entre quatre et six mois si elle est effectuée « à la main », voire plus longtemps en cas de désaccord avec les partenaires sociaux. Toutefois, en industrialisant le processus grâce aux outils de l’IA, la GPEC peut être déployée de manière beaucoup plus rapide. L’automatisation de certaines tâches chronophages, notamment le matching des intitulés de postes avec des compétences, entraîne en effet un traitement des données plus efficace et le processus de construction d’un plan de GPEC peut alors gagner plusieurs mois.

 

L’IA libère ainsi du temps pour les équipes RH qui peuvent désormais se concentrer sur leur cœur de métier, où les interactions et l’Humain sont centraux : les entretiens avec les équipes, les négociations, etc.

 

 

Accentuer le caractère prospectif de la GPEC

 

La crise sanitaire a accentué l’importance de pouvoir adapter les emplois et les compétences en fonction des évolutions et des situations inédites, ponctuelles ou récurrentes. L’agilité fait désormais partie des qualités indispensables de toute entreprise pour faire face aux enjeux de demain.

 

La mission même de la GPEC est de prévoir les évolutions des métiers et des compétences, un volet prospectif primordial qui peut être appuyé par l’utilisation de l’IA. Grâce à sa capacité à traiter une multitude de données sur les tendances du marché de l’emploi issues de sources publiques fiables telles que Pôle emploi, les sites d’annonces d’emploi ou encore les études d’instituts de recherche réputés, l’IA permet en effet d’anticiper ces évolutions.

 

Par ailleurs, le recours à l’intelligence artificielle permet de dépasser le caractère figé des référentiels métiers et compétences classiques. En effet, les algorithmes qu’elle utilise permettent d’actualiser en temps réel les données traitées. Les entreprises peuvent ainsi obtenir une cartographie dynamique et actualisée de leurs métiers et compétences.

 

En intégrant l’IA au processus, la GPEC accroît donc son aspect prévisionnel et bénéficie d’une actualisation optimale.

 

À lire aussi : les RH de demain face aux défis de l’intelligence artificielle

 

 

Favoriser la prise de décisions stratégiques pour une GPEC plus pertinente

 

Dans le cadre d’une démarche de GPEC, et notamment la création d’un référentiel métiers et compétences, l’IA utilise des technologies poussées pour traiter les données collectées :

 

  • l’analyse sémantique ou « natural language processing » pour faire correspondre les intitulés de postes des collaborateurs avec des données métiers et compétences normalisées ;
  • les « réseaux de neurones », afin de générer des parcours de carrière en cherchant les passerelles possibles entre les métiers, grâce à l’analyse des compétences communes.

 

Ces technologies permettent d’augmenter la puissance de la GPEC. Elles traitent et synthétisent des données de façon à produire des analyses plus poussées et objectives qui facilitent la prise de décisions stratégiques pour les responsables RH et les Directions Générales.

 

L’IA ne remplace donc pas la méthode dite « classique » de gestion prévisionnelle des emplois et compétences mais participe à améliorer et à accélérer les missions de la GPEC : anticiper les évolutions des métiers, compétences et effectifs pour demain. L’utilisation de l’IA est donc devenue un incontournable pour une GPEC plus efficace et plus pertinente.

 

À lire aussi : Les cinq objectifs de la GPEC

L'apport de l'IA dans la construction d'un plan de GPEC

Télécharger l'infographie