19.11.2021

Blog

Boostrs

Revenir en arrière

Pourquoi adopter le « learning in the flow of work » ?

Le « learning in the flow of work » permet aux collaborateurs de se former en continu sur leur temps de travail. Il s’appuie notamment sur le micro-learning afin qu’ils puissent accéder à des formations adaptées et rapides à mettre en pratique. Idéal pour les collaborateurs, ce type d’apprentissage professionnel offre également d’importants avantages aux entreprises. Focus sur cette démarche de formation continue.

 

 

Le « learning in the flow of work » : qu’est-ce que c’est ?

 

Le « learning in the flow of work », ou littéralement l’« apprentissage dans le flux de travail » en français, permet au collaborateur de se former à tout moment, en fonction de ses besoins, et de pouvoir mettre en application rapidement ce qu’il a appris.

 

Quel format pour le « learning in the flow of work » ?

 

Le « learning in the flow of work » consiste à former les collaborateurs rapidement sur un besoin précis. Il peut s’agir par exemple d’apporter une solution à un besoin de formule sur le logiciel Excel ou d’améliorer une présentation PowerPoint. L’objectif de ce type d’apprentissage est de trouver une réponse rapide au moment où se présente un besoin. Il se caractérise ainsi par la consommation de contenus pédagogiques de courte durée et facilement accessibles.

 

Formation « contextuelle » vs. formation « traditionnelle »

 

Les principaux reproches adressés à la formation « traditionnelle », c’est-à-dire l’approche de la formation en place dans la plupart des organisations aujourd’hui, sont qu’elle nécessite une certaine organisation et surtout du temps. Or, dans un quotidien déjà chargé, les collaborateurs en ont généralement très peu et/ou ont du mal à l’allouer à leur développement.

 

C’est pour ces raisons que le « learning in the flow of work », ou la formation « contextuelle », séduit de plus en plus de professionnels et d’entreprises. En s’appuyant notamment sur des solutions de micro-learning proposant des contenus de formation courts et ciblés (tutoriels vidéo, contenus audio, articles conseils, etc.), il permet de se former « au fil de l’eau », à mesure que les besoins émergent, et d’apporter une réponse rapide à la problématique rencontrée.

 

Toutefois, il est important de préciser que le « learning in the flow of work » n’est pas adapté à tous les types d’apprentissages. Il ne peut remplacer la formation « traditionnelle » lorsqu’il s’agit de se former sur des tâches particulièrement complexes ou dans le cadre d’une évolution professionnelle, par exemple. Formation « traditionnelle » et formation « contextuelle » sont donc complémentaires.

 

À lire aussi : Micro-learning : qu’est-ce que c’est ? Et pourquoi l’adopter ?

 

 

« Learning in the flow of work » : pourquoi l’adopter ?

 

Le « learning in the flow of work » permet d’apporter des réponses à des problématiques clés rencontrées par les entreprises : l’obsolescence des compétences, le gain de flexibilité et l’amélioration de l’expérience collaborateur.

 

L’apprentissage professionnel continu pour répondre à l’obsolescence des compétences

 

L’obsolescence des compétences se définit par un manque de savoirs ou de compétences techniques actualisées qui empêche un travailleur d’accomplir ses tâches de manière performante. Cette obsolescence des compétences s’observe d’autant plus depuis l’avènement des nouvelles technologies.

 

Le « learning in the flow of work » apporte une solution pérenne à ce problème, puisqu’il permet aux collaborateurs de se former au quotidien. Grâce à des contenus facilement accessibles, les collaborateurs peuvent ainsi s’adapter aux évolutions des métiers qui requièrent sans cesse de nouvelles compétences et génèrent de nouveaux besoins.

 

Une montée en compétences plus agile

 

La démarche de formation « traditionnelle » demande généralement un investissement de temps pour :

 

  • chercher la formation idoine ;
  • faire valider la formation par sa hiérarchie ;
  • trouver une disponibilité dans des agendas souvent très chargés.

 

Face à ces freins, le « learning in the flow of work » permet de gagner en agilité. En effet, il offre l’opportunité aux collaborateurs d’accéder à des contenus de formation en ligne sans avoir à y consacrer des heures de recherche et nécessiter de validation de la part de leur hiérarchie. Il permet ainsi de débloquer rapidement des situations.

 

Aussi, lors de la mise en place d’une approche d’apprentissage continu au sein d’une organisation, l’accessibilité des contenus et leur mise à jour fréquente sont fondamentales.

 

Amélioration de l’expérience collaborateur et apprenant

 

Le « learning in the flow of work » a d’autant plus de chances de susciter l’intérêt du collaborateur que c’est lui qui choisit les formations qu’il suit, et qu’il peut rapidement mettre en application ses apprentissages. Cette dynamique augmente significativement les chances que le collaborateur intègre et retienne durablement ce qu’il a appris. À long terme, cette démarche d’apprentissage lui permet ainsi de gagner en efficacité et en productivité. Généralement, ces éléments combinés favorisent l’épanouissement professionnel des collaborateurs, et constituent une source d’engagement supplémentaire pour les salariés.

 

Grâce au « learning in the flow of work », les entreprises sont elles aussi gagnantes. En effet, un meilleur engagement des collaborateurs s’accompagne en général de performances accrues et d’une meilleure productivité.

 

Alors, si le « learning in the flow of work » est favorable aux collaborateurs autant qu’aux entreprises, comment le mettre en place ?

 

À lire aussi : La formation, levier de performance pour les entreprises.

 

 

Les technologies au service de l’apprentissage professionnel continu

 

Pour proposer un apprentissage adapté à chaque collaborateur et une mise en pratique rapide, la technologie peut être mise au service du « learning in the flow of work ».

 

Le micro-learning

 

Le micro-learning est une solution de formation particulièrement adaptée aux besoins du « learning in the flow of work ». Il se définit en effet par un apprentissage reposant sur des micro contenus de formation. Les formations proposées aux apprenants ont une durée comprise entre 30 secondes et 5 minutes, ce qui favorise l’assimilation et la mise en pratique rapide.

 

Pour ce type d’apprentissage, la technologie joue un rôle clé. Tout d’abord, son format « à la demande » (« on demand learning ») s’appuie sur des solutions digitales pour permettre aux apprenants d’apprendre quand ils le veulent, sur l’appareil de leur choix (ordinateur, tablette, smartphone). D’autre part, la technologie permet de booster les performances du micro-learning en donnant la possibilité de gérer et de moduler l’exposition des apprenants aux notions-clés des contenus de formation. Ces dernières peuvent ainsi être répétées de façon espacée, afin de favoriser leur intégration de façon durable.

 

Les LXP

 

Les LXP, pour Learning Experience Platforms, sont des plateformes de formation en ligne nouvelle génération. Ces outils s’appuient sur les techniques du machine learning pour analyser les niveaux de compétences, les souhaits d’évolution et les expériences professionnelles passées des collaborateurs. Mettant à profit les données recueillies, les LXP permettent ainsi de proposer les contenus de formation les plus adaptés à chacun.

 

Grâce à cette expérience ultra-personnalisée, les LXP s’imposent comme des plateformes de formations privilégiées dans le cadre du « learning in the flow of work ». En outre, en plus d’héberger des contenus de formation, les LXP permettent également aux utilisateurs de produire leur propre contenu de formation et de le partager avec les autres apprenants.

 

À lire aussi : Les LXP sont-elles le futur des LMS ?

VOUS SOUHAITEZ EN SAVOIR PLUS SUR LE MATCHING APPRENANT-FORMATION ?

Découvrez nos solutions dédiées au learning

Crédits illustration : https://www.istockphoto.com/fr/portfolio/invincible_bulldog