23.03.2022

Data Science

Boostrs

Revenir en arrière

Que risquez-vous à utiliser une base de données métiers et compétences non actualisée ?

Il n’y a pas de data science sans base de données. Si la structure choisie joue un rôle clé pour mener des analyses de qualité, la fiabilité et la récence des données qui composent la base sont tout aussi déterminantes. Focus sur les 3 principaux risques à s’appuyer sur une base de données métiers et compétences qui n’est pas actualisée.

 

 

Qu’est-ce qu’une base de données métiers et compétences ?

 

Base de données métiers et compétences : définition

 

De façon générale, une base de données désigne un ensemble d’informations stocké et organisé de manière à être facilement accessible, géré et mis à jour.

 

Plus spécifiquement, une base de données métiers et compétences compile des données relatives aux métiers et aux compétences de façon structurée afin de pouvoir les exploiter.

 

Les bases de données métiers et compétences de référence

 

Toute organisation peut disposer de son propre référentiel métiers et compétences, basé sur des données internes. Toutefois, pour gagner en objectivité et en pertinence, il est recommandé de normaliser ces informations en s’appuyant sur des bases données externes.

 

Pour cela, certaines bases de données telles que celles de l’OIT (Organisation Internationale du Travail), du FEM (Forum Économique Mondial) ou encore l’ESCO (Classification européenne des compétences, certifications et professions) font figure de références.

 

Elles donnent accès à des données standardisées et actualisées à partir desquelles il est possible d’harmoniser et de structurer les informations des organisations en toute confiance.

 

→ Bon à savoir

Boostrs permet de normaliser automatiquement les données métiers et compétences des organisations. Sa base de données propriétaire compilant des informations issues de ces bases de données de référence permet ainsi aux entreprises de gagner un temps précieux.

 

 

Les 3 principaux risques à s’appuyer sur une base de données métiers et compétences qui n’est pas à jour

 

En ne prenant pas en compte les dernières évolutions impactant les métiers et les compétences (changements d’appellations, émergence de nouveaux savoir-faire ou de nouvelles professions), les bases de données non actualisées ne sont pas représentatives du marché de l’emploi. Ces informations obsolètes peuvent vous être préjudiciables. Voici les 3 principaux risques qu’elles vous font encourir.

 

Vous priver de certains talents et de leurs compétences

 

Utiliser des intitulés de poste désuets, c’est risquer de ne pas attirer les profils les plus pertinents pour les postes que vous recherchez. En effet, les appellations « en vogue » ressortent généralement davantage dans les plateformes de recrutement et les descriptions de postes actualisées ont tendance à plus retenir l’attention des candidats.

 

Pour mettre toutes les chances de votre côté d’attirer les talents dont vous avez besoin, il est donc conseillé de veiller à la mise à jour de vos intitulés de poste et des descriptions de vos offres d’emploi en vous appuyant sur des données de référence actualisées.

 

À lire aussi : Pourquoi mettre la data au cœur de sa stratégie de recrutement ?

 

 

Passer à côté de nouvelles compétences et de nouveaux métiers émergents

 

Ne pas s’appuyer sur une base de données métiers et compétences actualisée, c’est également risquer de passer à côté de nouvelles compétences essentielles ou de nouveaux métiers.

 

La durée de vie moyenne des compétences serait aujourd’hui de 5 ans, voire moins dans des secteurs où les nouvelles technologies sont centrales comme l’informatique. Par conséquent, les métiers et les compétences évoluent considérablement.

 

À titre d’exemple, peu d’organisations disposaient d’analystes de données il y a quelques années. Aujourd’hui, c’est un métier de plus en plus recherché par les entreprises, que cela soit dans l’univers des nouvelles technologies aussi bien que dans la grande consommation et le luxe.

 

Pour rester compétitif, il est donc indispensable de pouvoir accéder à des données actualisées concernant les tendances du marché du travail.

 

À lire aussi : Les usages et applications de la data RH

 

 

→ Manquer des opportunités d’associations entre les différents objets RH

 

Se référer à des informations issues de bases de données actualisées permet de disposer d’une vision réaliste des métiers et des compétences d’une organisation, mais également d’accéder à un panorama plus riche de leurs associations possibles avec d’autres objets RH tels que les CV, les profils de candidats ou les contenus de formation.

 

Ajouter de nouvelles compétences et de nouveaux intitulés de postes alternatifs facilite en effet l’identification de passerelles entre les métiers. Cette démarche contribue à ouvrir le champ des possibles en permettant d’associer davantage de métiers et de compétences dans le cadre du recrutement mais aussi lors de l’élaboration des parcours de carrières et des parcours de formation.

 

→ Bon à savoir

Pour permettre à ses clients d’accéder à toutes ces opportunités, il est indispensable que Boostrs maintienne à jour sa base de données propriétaire. Récemment, ce ne sont pas moins de 17 000 mises à jour qui ont été réalisées suite à l’actualisation de l’ESCO (2022).

 

À lire aussi : Cinq conseils pour mettre en place une stratégie RH data driven

Vous souhaitez en savoir plus sur l'ontologie métiers et compétences ?

Découvrez l'approche de Boostrs

Crédits illustration : https://www.istockphoto.com/fr/portfolio/VectorHot